Philippe Douce

Maire de Barbizon, France

“Pourquoi Sen â Barbizon ? Lorsqu’il arrive â Barbizon chez son ami Jacques Meunier, Sen se retrouve dans l’enceinte de l’atelier de JF Millet. C’est pour lui comme rencontrer un mythe. Mais au-delâ de l’admiration de Sen pour Millet, quel lien relie sa peinture au préimpressionnisme?

Comme le dadaîsme fut, au début du siècle dernier, une révolution contre la guerre, les riches et l’art du moment, une révolte artistique se doit de s’opposer à l’art virtuel, irréel ou numérique d’aujourd’hui. C’est une des sources du gesturisme, mais ce n’est pas la seule et ce n’est pas celle qui relie Sen à Millet.

Le gesturisme c’est aussi la peinture qui vient du geste. La vie est donnée et peinte par le geste et non par le mouvement.

C’est le geste qui crée le mouvement et non l’inverse. Millet peint les paysans dans leurs activités quotidiennes, mais le tableau n’est jamais figé, il décrit une action, fendre une bûche, semer, par un geste caractéristique. Seul le geste importe ; ces personnages de Millet n’ont pas de visage, ils ont des attitudes et une gestuelle.

Sen dans son hommage à l’Angélus ne conserve que les mains jointes de la femme, pas de visage, pas de drapé, seulement le geste. Cette gestuelle, Sen la décline de façon quasi abstraite dans les tangos où le personnage, le geste et la danse ne font qu’un. On peut penser et c’est même une évidence, que la peinture est le résultat du geste du peintre. C’est une technique qu’applique Sen, le « coup-trait à al prima » qu’il s’agit de dépasser et d’intégrer dans un ensemble où le geste du peintre, là encore, dépasse la technique pure.

Et la couleur me direz-vous? Sen est indien, donc la couleur est partout, vive, voire criarde, toujours gaie. Il n’a certes pas été inspiré des préimpressionistes dans ce domaine même si pour ces derniers la couleur est importante et même si les marchands de couleurs de l’époque ont porté un coup sensible à sa conservation.

Les ciels que ce soit ceux de Millet ou de Diaz sont irrisés de couleurs, ils ne sont pas surréalistes comme Vézelay en jaune de Sen, ce sont les ciels de Barbizon, les mêmes qu’aujourd’hui.

Sen, le designer, est confronté au problème du beau et du pratique, de l’esthétique et de l’efficace. Le gesturisme c’est presque le design du geste, pur , efficace et expressif comme le dessinait Millet. C’est là ce qui lie, à mon sens, Sen à Millet et donc à Barbizon.